Menu principal de ProVirtuel
Centre de documentation
Centre de documentation
http://www.provirtuel.com/doc/

separateur
L'efficacité des gestionnaires et des organisations
séminaire de réflexion sur sa pratique de gestion
separateur

Par Adrien Payette , conseiller en relations industrielles

Le contexte. Ce cours de 45 heures (3 crédits) est un des quatre cours à choix limité qui mettent l'accent sur la personne du gestionnaire dans le cadre de la maîtrise en administration publique de l'École nationale d'administration publique. Il importe de souligner que seuls sont admis à ce cours les étudiants qui sont actuellement gestionnaires et qui ont terminé les cours obligatoires de leur programme. Les étudiants sont majoritairement des cadres intermédiaires qui proviennent de tous les horizons du secteur public, dont la moyenne d'âge est 43 ans, qui ont entre 3 et 15 ans d'expérience de gestion ; cependant, la présence, en proportion variable dans chaque groupe, de cadres supérieurs constitue une dimension importante.



separateur
L'efficacité des gestionnaires et des organisations :
séminaire de réflexion sur sa pratique de gestion
separateur


Brève histoire

Cette pédagogie a pris sa source en 1980 dans la volonté d'un des auteurs, professeur de management, d'être le plus près possible de la pratique des gestionnaires et de faire en sorte que la formation puisse apporter des réponses concrètes aux difficultés pratiques rencontrées par les gestionnaires ; d'autre part, le fait d'enseigner à des gestionnaires en exercice qui étudiaient deux soirs par semaine rendait la gestion quotidienne très présente dans la classe et favorisait spontanément les références à la pratique de chacun. Cependant, il fallut plusieurs années de tâtonnement pour passer du rêve de créer une sorte de laboratoire de gestion où on pourrait diagnostiquer et développer les habiletés pratiques de gestion, à la forme actuelle du cours. La question centrale était : comment amener des gestionnaires à parler publiquement de leur pratique sans que cela soit menaçant et sans que cela tourne en groupe pseudo-thérapeutique ? Dès le début, les gestionnaires ont été encouragés à réfléchir par écrit à leur pratique quotidienne, mais, un jour, la chimie fut favorable et le groupe de consultation (nommé plus tard codéveloppement) a vu le jour parce qu'un étudiant a relevé l'invitation (véritable défi à l'époque) de présenter l'une de ses principales préoccupations de gestion sur laquelle le groupe pourrait travailler avec lui.


Les objectifs


Tel que formulé présentement, l'objectif fondamental du cours est :

améliorer ma pratique de gestion et rendre mon unité plus efficace par la réflexion et par l'action.


Le postulat pédagogique central de la démarche est le suivant : la gestion s'apprend essentiellement par la pratique, mais cet apprentissage peut être amélioré par une réflexion systématique et par des échanges avec d'autres gestionnaires expérimentés. Apprendre à gérer et à mieux gérer, c'est apprendre à mieux agir et à mieux penser dans l'action, ce n'est pas seulement acquérir des connaissances au sujet de la gestion et des organisations.


La structure temporelle et l'organisation du travail

Le cours se déroule sur quatre mois à raison de sept rencontres de six heures et demie chacune aux deux semaines. À chaque rencontre, deux heures et demie sont consacrées aux échanges en plénière et quatre heures sont réservées aux groupes de consultation. La classe compte seize gestionnaires qui sont divisés en quatre groupes de quatre personnes ; le groupe de consultation, durant quatre heures, offre à chaque gestionnaire une heure de consultation ; cette façon de diviser le temps permet au professeur d'être présent dans chaque groupe durant une heure, ce qui fait qu'après 4 rencontres il a participé à une consultation de chacun des seize gestionnaires.

Le travail demandé aux étudiants-gestionnaires se divise en quatre parties :

  1. le journal de bord : à chaque jour, les étudiants doivent prendre de cinq à quinze minutes pour noter ce qui s'est passé d'important dans la journée, relativement à l'objectif fondamental du cours ; événements significatifs, apprentissages, questions, réflexions, bons coups, moins bons coups... ;

  2. le rapport de réflexion : à chaque quinze jours, les étudiants doivent revoir leurs notes quotidiennes, en extraire l'essentiel et rédiger un rapport de réflexion de cinq pages, qui est remis au professeur lors de la rencontre ; le professeur apporte à ce rapport le plus de commentaires possibles et le retourne deux jours après la rencontre pour que l'étudiant puisse tenir compte de ces commentaires dans sa pratique, dans sa réflexion et dans son prochain rapport ;

  3. le sujet de consultation : à chaque rencontre, chaque étudiant prépare un sujet de consultation, deux pages, qui est remis aux collègues du groupe de consultation et au professeur ; c'est à partir de ce texte qu'est introduite la consultation ; même s'il n'a pas participé au groupe de consultation, le professeur fournit par écrit ses commentaires et suggestions, et retourne le tout à l'étudiant avec le rapport de réflexion ;

  4. les lectures et les exercices proposés par le manuel du cours sont planifiés sur les quatre mois ; ils s'intègrent au rapport de réflexion quand nécessaire et sont discutés en classe.

Trois niveaux de réflexion

La réflexion proposée par le cours se fait à trois niveaux différents et parallèles :

  1. réflexion sur sa pratique quotidienne de gestion à l'aide du journal quotidien, du rapport de réflexion, du sujet de réflexion et du travail en groupe de consultation ;

  2. réflexion sur son travail de gestionnaire à l'aide de 15 exercices fournis par le manuel (Payette, 1988) ;

  3. réflexion théorique supportée par les lectures et par les échanges en classe.
Le fait que les rencontres aient lieu à toutes les deux semaines (sept rencontres au total), donne une intensité particulière à la réflexion individuelle et au travail de consultation ; il est quasi impossible de demander un tel investissement à des gestionnaires qui ne sont pas inscrits à un programme d'études universitaires, le contexte particulier d'un cours crédité permet d'avoir des attentes élevées par rapport au travail à faire en dehors des cours. Il faut également noter que ces gestionnaires proviennent d'organisations différentes, ce qui facilite la confidentialité et augmente l'hétérogénéité ; certains cependant se connaissent très bien, ayant déjà suivi plusieurs cours ensemble, ce qui facilite les échanges. On trouvera la description d'une expérience inspirée de ce cours dans Payette (1997).


Un étudiant exprime éloquemment le niveau d'apprentissage que certains réussissent à atteindre :

    S'il me fallait ne pointer qu'un seul élément marquant dans l'ensemble des apprentissages réalisés dans le cadre du cours, ce serait probablement celui-ci : savoir me placer et me maintenir en état d'éveil, d'apprentissage et de mouvance sur les axes des développements personnel et professionnel. Rien n'est plus statique, rien n'est plus définitif ! Il est farfelu d'aspirer à la complétude puisque les limites en sont désormais sans arrêt redéfinies ; une cible mouvante et floue. Il vaut mieux rechercher l'adaptabilité par l'affinement de l'acuité sensorielle et de l'acuité intellectuelle (intelligence des choses, des événements, etc.) que de viser désespérément l'atteinte d'un idéal de savoir, de savoir-faire ou de savoir-être modelé sur une vision monolithique et vite désuète, voire anachronique, du gestionnaire ; de nouveaux arrangements de compétences sont sans cesse exigés pour faire face aux nouvelles situations. Je dois donc m'activer pour demeurer en phase avec mon environnement (au sens large) et avec les événements.


separateur
L'auteur de cette fiche pratique
separateur


Nom: Adrien Payette, conseiller en relations industrielles
Page Web: http://www.provirtuel.com/apayette.html
Courriel:
Téléphone: (514) 495-4409


Retour au menu principal Tous droits réservés par ProVirtuel et Adrien Payette © 2000 Comment communiquer avec ProVirtuel ?